La beauté naturelle de l’arabic Graffiti

L’élégance naturelle de la calligraphie arabe est très forte. Ainsi les graffeurs les plus curieux n’ont pas tardé à l’exploiter sur un mur. Ou encore de la mélanger à un graffiti plus « académique ». Par ailleurs, les origines culturelles des anciennes colonies occidentales et des vagues migratoires qui ont succédé y sont aussi pour quelques chose. Nous sommes très sensibles au Arabic graffiti, et nous nous devions d’en parler ici.

Une modernisation en route

Ainsi, des expériences de tags inspirés de calligraphie arabe sont nés dans la banlieue parisienne. L’un des pionniers en la matière en France semble être Marko93. En effet,  il a très tôt  montré une maîtrise imparable de cet alphabet. Ainsi, on le retrouve calligrafiant des tags aux lettres latines avec les mêmes formes que celles de l’alphabet arabe. Il a su très tôt dans sa carrière produire de grandes compositions murales calligraphiques et collaboré avec de grands noms de cette discipline tel qu’Hassan Massoudy

Marko93

def1

 

03_Marko 02_Marko

El seed
L’approche de la calligraphie d’El seed est un peu plus « rigoureuse » que  Marko en ce sens qu’il peint essentiellement des lettres arabes, dans des styles déjà existants. La principale originalité vient de la proportion des peintures et des textures et rendus apportés.

04_El_Seed 06_El_Seed 05_El_Seed

Shuck 2
Seul membre historique de couleur blanche des Blacks Dragons, Shuck2 est un graffiti artiste renommé qui n’est autre que le fondateur du groupe TCP « The Cobra Power ». Avec ses premiers sketchs en arabe qui datent des années 1994/1995, Shuck2 est l’un des graffiti artistes en France à s’être penché très tôt sur les lettrages en arabe. L’artiste apporte d’ailleurs une précision très juste en qualifiant ses productions de « graffiti en arabe » plutôt que de « Arabic graffiti », ses productions étant bien plus proches du graffiti que de la calligraphie, et ne pas « empiéter sur la culture des calligraphes arabes ». On ne peut sur ce point qu’apprécier l’humilité et la lucidité de cet artiste sur son travail.

Une de ses réalisations en arabe était passé dans un clip de Rap  en 1996, réalisé à Grigny avec son crew et l’artiste Noé two.
On peut également observé un graffiti en caractères arabes sur une fresque dans le magazine R.E.R en 1996 (Numéro 6) :
Graffiti, Arabe, Shuck2, RER, 1996
Magazine R.E.R numéro 6

Shuck2 disparait de la scène graffiti de 98 à 2003, mais réapparaît en 2004 avec un graffiti Arabe dans le documentaire « Bomb It ! » (Documentaire international sur le graffiti et le street art réalisé par Jon Reiss et présenté en première au Festival du film de Tribeca en 2007) reliant les 5 continents car le réalisateur lui disait n’avoir encore jamais vu de graffiti en Arabe à cette époque, bien que El Seed avait commencé depuis quelques années déjà, ainsi qu’un autre artiste Anglais juste avant El seed.

07_Shuck2
08_Shuck2

 

Calcamart & Socrome
Artistes comoriens qui se sont associés un jour pour produire de grandes fresques murales sur le territoire comorien. Certains lettrages graffiti utilisant des caractères arabes, mais dans une esthétique très proche du Wild style New Yorkais.
09_Clcamart_Socrome

13_Calcamart_Socrome

12_Calcamart_Socrome

11_Calcamart_Socrome

10_Calcamart_Socrome