Lorsque nous discutons avec une agence ou entreprise en amont d’un événement, nous avons pu observer à de nombreuses reprises que certains de nos interlocuteurs hésitent longuement entre une démonstration de graffiti en direct réalisée intégralement par un artiste et une animation plus « participative » où les participants sont invités à intervenir sur la surface mise à leur disposition tout au long de la soirée. Il s’agit de deux prestations qui sont assez différentes l’une de l’autre où dans un cas on privilégie la qualité artistique de l’œuvre et de l’autre côté on mise plus sur l’expérience de l’invité, mais on prend plus de risques sur la pertinence du rendu final. Et c’est souvent ce point qui fait peur aux agences qui ne veulent pas se retrouver avec une création esthétiquement médiocre, même si les participants ont passé une bonne soirée.

Un curseur et une formule à trouver

À force d’être confrontés à ce type de demandes nous avons pu réfléchir à des procédés et des techniques qui permettent à la fois aux invités de s’exprimer quasi librement, tout en permettant à l’artiste présent de récupérer les textures et couleurs créés par les participants pour construire une œuvre qui tienne la route. Elle ne pourra jamais atteindre un niveau de qualité similaire à ce qu’aurait obtenu l’artiste seul, mais elle pourra sans problèmes être réutilisée pour décorer le hall d’entrée de l’entreprise ou encore une salle de réunion. Le but du jeu est de mettre au point un ode de fonctionnement permettant d’offrir une liberté un peu contrôlée pour obtenir quelque chose de qualitatif et qui permettra aux participants d’être d’autant plus fiers d’avoir contribué à la réalisation de cette œuvre.

Graff, tag, street art, participatif, paris, France, région
Le graffiti participatif