Chez Graffeur Paris, Space Invaders on adore. Bien sûr, on est loin d’être les seuls à le suivre depuis quasiment ses débuts et à le considérer comme l’un des artistes phares de la mouvance Street Art. Car c’est bien simple, si il y a 15 ou 20 ans, lorsque l’on devait citer un artiste « Street Art » (sous entendu un artiste qui ne pratique pas un graffiti conventionnel pourtant encore très à la monde à cette époque), le nom de Space Invaders arrivait rapidement. Il est peut-être même LE premier Street Artiste français, a avoir développé sa notoriété simultanément à des Sherpard Fairey et autre Banksy (qui ont malgré tout réussi aujourd’hui à accéder à une notoriété supérieure à l’heure actuelle).

Quelque chose de très simple à la base.

Le succès de Space Invaders est tel que l’on a tendance à oublier que ses petits personnages existaient déjà bien avant lui, dans le jeu vidéo « Space Invaders » dont il a tiré son nom. Sa démarche n’est donc pas d’une grande complexité au départ : transposer directement dans l’environnement urbain ces petits personnages pixelisés avec des mosaïque.

Une idée simple mais terriblement brillante car d’une grande originalité à cette époque. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Des rues de Paris, ses personnages ont envahis le monde entier. L’artiste est même rentré dans les galeries d’arts, devenant malgré lui l’un des pionniers de ce que tout le monde appellera de manière générique « le Street Art ».

Un artiste encore d’actualité aujourd’hui

La vague Street art est passée par là et a accouché d’une foultitude d’artistes « Street Art », largement influencés par ceux de « la première génération » et pas moins qualitative contrairement à ce que certains artistes aigris essaient de nous faire croire. Mais malgré ce changement d’époque, Invaders reste toujours d’actualité, ses oeuvres trouvent toujours un écho sympathique et bienveillant de la part des passants qui les découvrent ici et là.

Mosaïque, space, invaders, street art, paris
Mosaïque géante
Space, invaders, street artiste, paris, art, graffiti, graffiti
L’invasion continue !