La coulure, c’est souvent le cauchemar du graffeur débutant et parfois le caviar de l’artiste expérimenté de la bombe de peinture. Il ne s’agit d’ailleurs pas uniquement de la bombe aérosoles puisqu’on peut les retrouver dans certains tags à l’encre (souvent les plus belles) et à l’acrylique. On s’y intéresse ici car nous considérons qu’il s’agit d’un véritable sujet, un éléments que les artistes urbains maîtrisent plus ou moins bien mais qui pourra être déterminant pour apporter un « petit plus » à certaines oeuvres et productions murales.

Les taggeurs chimistes

On ne peut pas parler de la science et de la saveur des coulures sans rendre hommage aux tagueurs. Depuis la nuit des temps, ou en tout cas depuis que le graffiti est graffiti, des artistes passionnés ont travaillé dans l’ombre pour trouver les meilleurs encres et compositions chimiques pour obtenir le plus beau tag, la meilleur couvrance, le séchage le plus rapide, le noir le plus profond et bien sûr les plus belles coulures. Ce point paraîtra certainement farfelu à ceux qui sont extérieurs à ce monde à part mais les autres comprendront immédiatement l’importance de cette discipline. Certains artistes ont même réussi à faire de cette science leur spécialité. On pourra citer par exemple le français Zevs ou encore l’américain KR qui créera même sa marque de marqueur KRINK (que nous connaissons particulièrement bien !).

L’imperfection parfaite

Mais ce qui rend la coulure parfois fascinante, c’est que ce qui est censé être à la base un défaut, une imperfection devient un véritable atout quand elle est maîtrisée. La coulure est à l’origine duel à un mouvement trop lent par rapport au débit de peinture propulsé. C’est aussi une trop grosse quantité de peinture diffusé sur une surface, bref l’indicateur d’une faiblesse, une imperfection de l’artiste. Mais lorsque que les artiste la maîtrise suffisamment, elle devient au contraire un allié de poids, presque un gage de qualité. La frontière est infime mais se reconnaît au premier coup d’oeil.

coulure, défaut, qualité, art, street, graffiti, graffeur
L’art de la coulure