Nous vous parlions il y a peu de temps de la grande vague de dé-ringardisation des animations proposées dans des soirées événementielles et autres journées d’entreprise. Les clowns / magiciens et caricaturistes qui étaient les incontournables d’il y a quelques années sont peu à peu remplacés par d’autres artistes vivants qui ont su rester en phase avec l’évolution de notre société et proposer des prestations différentes et novatrices. 

L’ère des animations événementielles digitales

Et dans cette idée d’aller « plus loin » et d’avoir une approche plus moderne et futuriste de « l’expérience invité », nous avons pu observer que les dispositifs digitaux rencontraient un franc succès et que les participants à ce genre de soirées, quels que soient les publics étaient très réceptifs à de nouvelles expériences. Tous prennent plaisir à se retrouver plongé dans un environnement numérique où ils sont les acteurs de l’animation. 

Le succès du graffiti digital

Par exemple, l’une des animations à laquelle nous avons été beaucoup confrontés ces dernières semaines est le graffiti numérique. C’est-à-dire la possibilité pour un artiste ou  pour les invités de s’exprimer plus ou moins librement sur un écran, à l’aide d’une bombe numérique (sorte de manette sans fil qui détecte la position du dispositif sur l’écran et qui mime le jet d’une vraie bombe de peinture et même dans certains cas le bruit de la pulvérisation).

Le simple fait d’avoir la possibilité d’expérimenter un outil aussi « futuriste » qui leur permet de s’exprimer suffit à créer un engouement ou tout au moins un intérêt pour les invités et participants de soirées événementielles parisiennes qui peuvent montrer à leurs collègues toute l’étendue de leur talent sans risquer de se tacher, en gardant même à la main sa coupe de champagne.

digital, 2.0, evenementiel, technologies, arts, Paris, Bon Marché
Evenementiel et nouvelles technologies